• Chapitre 15 : je ne trouve pas mes parents

    Chalut les esclaves,

    Vous êtes des humains ? donc des esclaves, c'est bien ce que je dis. 

    Bref, mes parents, je ne les ai toujours pas revus. Cela fait plus d'une semaine déjà et toujours pas une trace d'eux. Et pourtant, j'ai cherché dans toutes les pièces de la maison. Tous les étages. Je me suis rempli la pense pour oublier l'affront qu'ils m'ont fait. Oui, vous lisez bien. C'est un affront ! Comment ont-ils pu m'oublier ? moi ? J'étais dans la valise de maman pour être avec eux et ils ne sont toujours pas revenus. Ce n'est pas normal ! C'est une humiliation que de m'oublier car je suis un chat exemplaire. Je remplis tous mes devoirs : je mange dans ma gamelle, je fais mes besoins dans ma litière, je me lave 15 fois par jour, je dors 15 heures par jour, je leur fais des ronrons aussi bien à maman qu'à papa, je leur fais des cabrioles incroyables pour qu'ils voient mes exploits et me récompense ... que leur faut il de plus ? je fais même les griffes sur mes arbres à chat ! D'autres chats, moins intelligents que moi, griffent les canapés, font pipi en dehors de leur caisse à litière, griffe tout ce qu'ils voient, ne ronronne pas, etc. 

    Non là, vraiment, je ne comprend pas. Deux semaines que je n'ai toujours pas revu mes parents. Mais où sont ils ? en attendant, la bonne nouvelle c'est qu'un copain à eux passe tous les jours nous donner à manger à ma sœur et à moi. Et notre litière est changée aussi, fort heureusement. 

    En manque des odeurs de mes parents, de leur câlin de tous les jours, je joue avec ma sœur pour m'occuper en dehors des repas et des siestes. Je joue aussi avec mes balles et autres distractions, un peu partout dans la maison. Mais aussi, je grimpe sur mes arbres à chats, je cours un peu partout dans les étages. 

    Après tout, s'ils sont absents, du moment que j'ai à manger, et que ma litière est propre, c'est déjà ça. Il faut désormais patienter en espérant leur retour. Car mine de rien, après tout ce temps, il faut avouer que mes parents d'humains me manquent. Car ils sont gentils avec moi, et j'aime aussi leur câlin. 

    Une vingtaine de jours plus tard, j'entends du bruit dans la cour. Sont-ils de retour ?

     

    « Chapitre 14 : c'est l'été et mes parents sont partisChapitre 16 : ils sont de retour, enfin ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :